RSI

Fort de notre expérience professionnelle dans le domaine de l’entreprise et après la création de nombreuses sociétés au sein de nos réseaux nous pouvons souligner les avantages et inconvénients des différents systèmes juridiques des entreprises.

Afin de prodiguer les meilleurs conseils, nous effectuons des audites complets (incluant la situation personnelle, tel que marié ou pas, enfants ? etc…) ce qui nous permet d’évaluer les avantages et prises de risques des dirigeants.

Je me permets de mettre en avant les points cruciaux de chaque raison sociale des entreprises (commerçants, artisans, sociétés).

L’expérience professionnelle acquise nous amène à une conclusion très simple, chaque cas est différent  selon les attentes des entrepreneurs.

Que cette attente soit située dans le présent mais surtout dans le futur, les stratégies de création, d’imposition et de protections sociales sont primordiales à l’équilibre d’une entreprise pour son dirigeant.

Soyons réaliste, je me permets d’insister sur la couverture sociale des individus, qui n’est pas primordiale lors de la création car l’enjeu économique reste prioritaire. Pourtant du choix de création devraient découlé directement la meilleure couverture sociale. Ce n’est pas toujours le cas.

Les risques financiers pour votre entreprise lors de maladie ou accident du travail sont trop importants et non négligeable.

La plupart des individus sont soumis au régime social des salariés, celui dont  nous sommes tous dépendants, celui même qui nous protège des risques financiers dû à un accident de travail ou de grave maladie.

Mais pour nos chers dirigeants qui investissent temps et argent il en est tout autre. En effet les créations de certains type d’entreprises ne permettent pas de jouir de la même protection sociale ce qui peut être un frein au développement des entreprises tant sur le plan économique que personnel.

La plupart des dirigeants ainsi que les entreprises dont le gérant possède la majorité des parts sont soumis au RSI (régime social des indépendants), c’est ce qu’on appelle un TNS. 

Maintenant tentons d’analyser rapidement le régime social du TNS (travailleur non salarié) :

Vous n’êtes pas sans savoir qu’en cas d’arrêt maladie ou accident, la sécurité sociale permet de vous soulager au niveau des frais de médecin, pharmacie et d’hospitalisation, indemnités journalières sauf si vous êtes soumis au RSI.

En effet la 1ère année d’existence et de cotisations ne vous donne aucune couverture sociale, à quoi bon!!!!                                                    

Je vous déconseille toute activité dangereuse (attraper la grippe, vous casser une jambe, profiter du soleil sur une piste de ski, descendre les escaliers 2 à 2  voire même sortir de chez vous) aucune indemnité ne vous sera versé la première année. Ce sont des exemples de tous les jours mais qui peuvent mettre en péril votre société si vous ne pouvez plus en tenir les reines ou en assurer le chiffre d’affaire.

Tout n’est pas sombre dans cette description il est vrai que vous pouvez être indemnisé à partir de la deuxième année de cotisations, mais soyez patient le délai de carence n’excède pas les 7 jours.

Il est vrai par ailleurs que les cotisations de salariés sont environ 10% plus élevée que celles du TNS mais les indemnités d’accident de travail (ou de trajets) n’existe pas pour un TNS  ce qui est déplorable après le temps et l’argent investi. Alors que le statut de salarié c’est

– pas de jours de carence,

– frais médicaux et pharmacie gratuits,

–  90 % environ du salaire brut de référence.

Arrêtons de diaboliser ce système, il est vrai tout de même que le RSI dispose d’avantages, je vous l’accorde j’ai dû chercher un peu. La première année si vous disposez de l’ACCRE, vous êtes exonérez de charges sociales ce qui vous permet de capitaliser pour votre entreprise. (Salarié exonéré que sur l’urssaf,  pas d’exonération sur les caisses de retraite)

Ce qui ne vous empêchera pas de souscrire une autre assurance ou complémentaire santé en cas de pépins.

Mais attention aux régularisations pour les années suivantes, il faut savoir qu’environ 43% de vos revenus seront taxés.

Ce point d’intérêt crucial, nous y reviendrons plus tard (sur rendez-vous) car chaque cas est différent.

Maintenant je me permets d’attirer votre attention sur la retraite, ce qui je vous l’accorde n’est pas demain la veille. Mais je dois vous  informer sur la possibilité d’un changement de régime. Ce qui pourrai être plus motivant au jour le jour si les efforts fournis à travailler puissent être récompensé lors de la retraite .

Il est vrai que le RSI permet de cotiser des points retraite mais à quel taux ?

régime complémentaire des Indépendants

En 2013

1,177 €

 

 

Après vérification ce taux n’a pas bougé en 2014 ni en 2015.

 

Il est vrai aussi que le salarié cotise à l’ ARRCO

1,2513€

 

Il semblerai qu’il y ait une différence non négligeable surtout après 40 ans de cotisations. Bien entendu il est préférable pour les TNS de se constituer eux mêmes leur propre retraite .

Il est facile pour vous de vérifier ces informations, parlez-en autour de vous, à vos collègues dirigeants

  ou allez surfer sur les sites tel que:

http://leblogdudirigeant.com/

http://www.agirc-arrco.fr/

http://www.rsi.fr/

Lors de mes différentes créations j’opte pour un régime retraite de cadre, étant donné qu’il est plus avantageux .

En effet cela permet de cotiser à un meilleur taux.

S’ajoute à l’ ARRCO

1,2513€

L’AGIRC

0,4352€

Le calcul est rapide 1.177 pts pour un TNS contre 1.6865 pts pour un cadre.

 

 La GMP exclusivement réservée au cadre (Garantie minimum de point) permet d’accumuler plus de points !!

 

Une solution simple s’ouvre à vous , devenez salarié de votre entreprise.

 

Trêves de plaisanteries, LINKED propose des audits et conseils pour vous familiariser au monde de la finance des entreprises, nous sommes là pour apporter un soutien concret dans la gestion de vos besoins.

Toutes nos sources sont fiables seul la manière de les interpréter est différente.